L’ancêtre des antiseptiques

Si l'expression "Argent Colloïdal" date de la fin du XIXieme siècle, les propriétés bactéricides de l'Argent-métal sont connues depuis la plus haute Antiquité, comme vous le verrez dans l'histoire de la médecine à travers les siècles. Dans la vie domestique, ces propriétés antiseptiques se traduisaient de manière pratique.

Mésopotamiens, Grecs et Romains utilisaient des récipients en Argent pour servir les boissons destinés aux souverains et à l'aristocratie. L'argent du contenant aseptisait les liquides du contenu, tuant les bactéries et micro-organismes pathogènes.

Les ustensiles de table, fourchettes et cuillères étaient également en argent pour des raisons d'hygienne et d'aseptie, une tradition qui s'est perpétuée jusqu'à nos jours. Les colloides et nanoparticules d'argent, naturellement bactéricides, stérilisaient en quelque sorte liquides et nourriture servis dans cette argenterie

C'est certainement la tradition du thé britannique, de l'eau bouillie servie dans des théières d'argent, qui a permis aux fonctionnaires et officiers de sa très gracieuse majesté britannique de survivre aux terribles miasmes proliférant dans les colonies de l'Empire, à Bombay, Hong Kong ou Singapour.

Dans le même esprit, la tradition populaire était de placer une pièce d'argent au fond des bidons de lait, préservant ce dernier de l'infection des microbes et bactéries

Ce principe d'hygienne était utilisé par les pionniers à la conquête de l'ouest au XIXI ième siècle, qui protégeaint l'eau de leur gourde avec un dollar d'argent.

Très récemment encore, dans la deuxième partie du XXe siècle, lorsque les pharmaciens préparaient des potions ou des onguents dans leur arrière-boutique, ils mettaient une feuille d'argent au fond du pot, pour assurer une parfaite aseptie. Le pharmacien de votre quartier vous le confirmera.

Le bien fondé de ces pratiques séculaires a  été démontré par la recherche scientifique. Les analyses in-vitro ont pu prouver que l'Argent électro-colloidal dissout dans l'eau par électrolyse à un taux d'environ 10 parties par milliard, soit 10 ug par litre (0,01 ppm) éradique en quelques minutes colibacilles et salmonelles. C'est le principe même de l'Argent Colloïdal.

Historique.

Un antibiotique naturel.

L'usage médical de l'Argent-métal, une longue tradition scientifique.

- Les Macédoniens plaçaient des plaques en Argent, sur les blessures pour aider à une cicatrisation saine et rapide.

- Vers 400 avant JC, Hippocrate enseignait que la fleur d'Argent, une poudre ultra-fine, cicatrisait les blessures ulcérées.

- En 69 avant JC, le Nitrate d'Argent figurait en bonne place dans la pharmacopée romaine.

- En 78, Pline l'Ancien, dans son Histoire naturelle, écrit que l'Argent possède des propriétés thérapeutiques et se révèle « très efficace dans la cicatrisation des blessures, quand il est incorporé au plâtre. »

- Jabir Ibn Hayyan, dit Gerber ( 721-815), fondateur de l'école Arabe associant pharmacie, astrologie, et chimie, considéré par certains comme le père fondateur de la Chimie moderne, auteur de près de 2.000 traités, rapporte que le "nitrate d'argent" possède de puissantes propriétés thérapeutiques.

- Ibn Sīnā dit Avicenne ( 980-1037), médecin et philosophe persan, utilisait l'Argent pour purifier le sang, entre autres sous forme de poudre et de pilules argentées, l'ancêtre de l'Argent Colloïdal.

- Philippe von Hohenheim, dit Paracelse ( 1493-1541 ), l'un des plus célèbres alchimistes et médecins de la Renaissance, considéré comme le père de l'homéopathie et le précurseur de la toxicologie, enseignait l'usage médical de l'argent.- Les médecins chinois utilisaient l'Argent dans la fabrication de toniques à base de plantes et pour traiter les infections, suppurations chroniques, blessures septiques, fièvres et sinusites.

- En 1884, Franz Crede, l'un des plus célèbres obstétricien allemand du XIXe, observant qu'un certain nombre d'enfants naissaient aveugles après avoir été exposés à des germes vénériens lors de l'expulsion de l'utérus, eut l'idée d'instiller avec succès dans les yeux des nouveaux-nés une solution à 1% de Nitrate d'Argent. Avec l'instauration de cette pratique, le taux d'ophtalmie des nouveaux nés tomba de 10% à 0,2%. En conséquence, cette pratique devint obligatoire dans la plupart des pays européens et aux USA. Elle se poursuivit même après l'apparition des premiers antibiotiques en 1940.

nitrate d'argentavec différents antibiotiques issus de laboratoires pharmaceutiques, le nitrate d'argent a été retenu comme le plus éfficace et ayant le moins d'effets secondaires.

 

- En 1893, Karl von Nägeli, ce botaniste suisse rapporta que des bactéries mises en contact avec une solution de nitrate d'Argent (titrée à 10 PPM), l'Argent Colloïdal, mouraient en trois ou quatre minutes. -En 1897, le Dr Benno Crede  introduisit l'usage en médecine de l'Argent Colloïdal, ie argent sous forme de particules microscopiques dispersées dans l'eau, spéculant que l'Argent Colloïdal pourrait posséder les propriétés germicides des sels d'argent sans en avoir la toxicité.

- Pendant la Première Guerre Mondiale, des feuilles d'Argent étaient utilisées pour combattre l'infection des blessures, ce qui renouait avec la lointaine tradition des Macédoniens.

- En 1918, durant l'épidémie de H1N1, dite "Grippe Espagnole", qui était une variante de la peste noire du Moyen-âge, le Dr Edouard Prouvost fut amené à traiter de très nombreuses personnes atteintes par cette pandémie. Dans son livre, édité par Jouve Cie en 1919, Remarques Cliniques et thérapeutiques sur l'épidémie de grippe de 1918", le Dr Prouvost saluait les très bonnes performances de l'Argent Colloïdal dans la guérison de ses patients.

 

Page suivante

Retour accueil